La Lettre du Producteur

powered by  Radionomy

NAVIGATION - SEARCH

N.125 - L'interview : "Radio Gekko fait résonner la culture du Sud"

C'est Christelle qui a repondu à nos questions dans ce nouveau numéro de La Lettre du Producteur. Elle a créé Radio Gekko. Contrairement aux apparences, il ne s'agit pas du tout d'une radio pour les geeks (il n'y a qu'un seul e). Christelle qui vit à Martigues dans les Bouches-du-Rhône nous en dit plus.

Bonjour Christelle, pourquoi as-tu créé radio Gekko ? 
Radio Gekko est pour moi l'aboutissement de mes 10 ans d'expérience en journalisme associatif. Il est né de la volonté de l'association des Webreporters de Martigues (13500). Cette association, dont je suis présidente, intervient depuis 8 ans dans les établissements scolaires dans le cadre de l'Education Aux Médias d'Information. Il était donc nécessaire et logique de créer une webradio qui nous appartienne afin d'offrir une vitrine au travail de notre association mais aussi de valoriser les actions jeunes et culturelles du Sud Est de la France. Je tiens à remercier le lycée Jean-Lurçat de Martigues qui nous met (gracieusement) un local à disposition au sein du lycée depuis cette année.   
Radio Gekko, c'est d'abord une association de gens passionnés d'événementiel et de journalisme. Nous collaborons donc régulièrement avec : le lycée Jean Lurçat de Martigues, Le CLEMI (centre de liaison de l'enseignement aux médias d'information) pour le scolaire, mais aussi des lieux culturels et musicaux comme L'électrode de Miramas, le Molotov de Marseille, la MJC de Martigues, Le rallumeur d'étoiles de Martigues... Tant de lieux qui nous permettent de nourrir nos émissions et de réaliser des émissions spéciales ponctuelles ou régulières. 

Comment as-tu connu Radionomy ? 
J'ai connu Radionomy lors d'un Salon de la Radio à Paris et me suis dirigée vers cette plateforme pour commencer. Radionomy m'a permis de démarrer plus facilement et plus rapidement cette webradio. Sans cette plateforme gratuite, j'aurais tout de même créer Radio Gekko, mais cela aurait certainement pris plus de temps, le temps de trouver des financements... Radio Gekko a pris la parole en janvier de cette année 2017. Nous espérons la pérenniser et faire évoluer son contenu en développant les projets liés à la jeunesse et à la culture. 

 

Pourquoi ce drôle de nom ? 
Radio Gekko, parce que c'est un petit reptile originaire du Sud et du soleil tout comme nous et notre association. Sur Gekko, on peut lézarder, on peut sentir le soleil et l'esprit de chez nous. Notre but est vraiment de faire résonner la culture locale et de faire raisonner la jeunesse... c'est un peu l'écho du Gekko.... ;) 

Quel est votre créneau musical ? 
Aujourd'hui, la musique de notre radio correspond à ce que nous aimons écouter et à ce que nous aimons faire : partager nos goûts et notre culture. Nous ne voulions pas faire un top hit commercial mais une radio qui nous corresponde et surtout qui corresponde à ceux qui la composent... C'est pour cela que plus le projet avance, plus nous nous dirigeons vers un créneau musical culturel local... Nous souhaitons vraiment faire de cette radio le créneau de libre expression des acteurs locaux et des musiciens et groupes de chez nous... D'ailleurs, nous recherchons des groupes du Sud de la France souhaitant se faire connaître afin d'ajouter de nouvelles musiques régulièrement... Nous allons à la découverte de ces groupes lors des concerts... Et si on aime, on partage avec eux ce projet ! 

Comment composes-tu la programmation ? 
Nos équipes de bénévoles nous permettent aujourd'hui de réaliser deux émissions longues tous les 15 jours, que nous rediffusons 3 fois par jour. Nous intégrons également à la programmation les émissions scolaires ponctuelles sur un créneau réservé aux étudiants ainsi que des podcasts ponctuels de bénévoles qui vont et viennent au rythme du mistral... 

As-tu des contacts avec tes auditeurs ? Est ce que tu t'en sers pour faire évoluer ta programmation en fonction de leurs attentes ? 
Radio Gekko appartient à ses auditeurs, elle évolue au rythme des projets culturels et de ses bénévoles. Il appartient à chacun de venir parler de ce qui le passionne, d'un coup de coeur, d'un coup de gueule, d'un projet et de venir faire partager sa culture à l'antenne... 

Combien de temps passes-tu à gérer ta radio chaque semaine ?
Par chance, nous sommes deux à gérer le RadioManager et plusieurs bénévoles à produire du contenu car cela est vraiment chronophage... Avec les bénévoles, nous consacrons nos jeudis à la création de contenus. Je peux passer 4 heures à préparer une émission d'une heure, fil conducteur, animation... 1 heure à faire une émission... Une soirée à aller sur le terrain faire un reportage... Comme je peux passer 1 heure à faire du montage Audacity pour découper nos émissions en fichiers de 15mn. 

Comment évolues la courbe d'audience de ta radio depuis sa création ? 
Lors de la création de la radio, l'audience a très vite été encourageante du fait du contenu original et intéressant. Nous avons depuis connu des baisses d'audience et avons donc décidé de produire plus de contenu original puisque nous avons bien compris que c'est cela qui intéresse les auditeurs plus que la musique. Nous nous efforçons de produire du contenu afin de développer notre audience. 

Comment es-tu parvenu à faire grandir l'audience de radio Gekko ? 
En développant les partenariats, en allant à la rencontre des acteurs locaux et surtout en leur donnant la parole dans des interviews. Ainsi l'auditeur peut s'écouter, c'est ça la proximité !

Pour finir, parle-nous un peu de toi...
Christelle, 26 ans, 10 ans d'expérience en journalisme associatif sur la ville de Martigues, je réside aujourd'hui à Saint-Chamas où je dirige conjointement une société de communication événementielle (organisation d'événements pour particuliers et professionnels). Le journalisme photo, vidéo et la radio sont les trois passions qui m'ont poussée à faire ce métier mais aussi à intervenir dans l'éducation nationale afin de sensibiliser les jeunes au bon usage des médias et des TIC.

Merci Christelle et bravo pour cette belle réussite !

Les commentaires sont clos